Je dois l’avouer, le fait d’être sur le chemin qui mène à la concrétisation d’un rêve fait facilement oublier le temps qui passe…

Le 19 décembre 2017, c’était il y a tout juste un an. A cette date, ce n’était pas la grande forme morale : mon rêve de devenir un jour moniteur de parapente battait de l’aile faute de financement. Un mois plus tard, j’étais aux anges : amis et inconnus avaient répondu à mon appel. Merci ! Grâce à toute cette bonté, 2018 allait devenir l’année de ma renaissance professionnelle (et personnelle).

Et un an plus tard, je ne peux que confirmer cette prédiction !

Alors que s’est-il passé depuis le dernier article du mois de juillet ?

 

L’enseignement en école

De début juillet à mi-septembre, j’ai eu la chance d’emmener voler – en tandem parapente – une soixantaine de personnes. Certaines extrêmement à l’aise, qui ont eu droit à quelques figures de voltiges, d’autres plus contemplatifs (nous avons eu la chance de monter au-dessus du Pelvoux avec un passager, à plus de 4000 m !) et d’autres moins rassurés mais heureux de découvrir le paysage vu du ciel lors d’un petit vol.

Chaque vol est différent. Mais lorsqu’on a la chance de pouvoir le partager, chacun devient unique et mémorable. Et que dire du regard émerveillé et du sourire d’enfants qui font leur premier vol. Des moments magiques.

 

Tandem parapente – Une passagère heureuse !

 

Coté enseignement, c’est environ 50 élèves qui sont passés « entre mes ailes » cet été. Du débutant au pratiquant expérimenté. Quelle joie de pouvoir enseigner et partager son expérience à d’autres. Du premier vol en solo, instant inoubliable chez les élèves, aux premiers thermiques qui permettent de faire durer le vol. Je me rappelle en particulier d’un vol du soir avec un père et ses 2 enfants, qui en étaient à leur second stage, et que j’ai emmené se balader durant un peu plus d’une heure au-dessus de Ceillac : atterrissage au moment du coucher de soleil et la tête qui reste dans les étoiles pour cette petite famille.

S’il le fallait, je confirme mon bonheur et ma joie d’approcher enfin ce merveilleux métier. C’est une grande responsabilité (décider du décollage ou non par exemple), des périodes parfois frustrantes (une météo inadaptée au niveau de pratique des élèves), voire stressantes (l’élève qui prend trop vite son autonomie et qui nous fait une petite frayeur en vol…) Mais pour rien au monde je ne souhaiterai faire autre chose.

 

Le bonheur de faire un cross à 2 !

 

Si j’ai toujours à apprendre, je suis désormais autonome sur la plupart des postes d’enseignement (assistance au décollage, guidage et exercices en vol, accompagnement à l’atterrissage et cours théoriques). Je me sens désormais moniteur 😉 Un grand merci à Pierre, Fred, Éric et David de m’avoir accueilli dans leur école cet été et de m’avoir permis de gagner en autonomie et en expérience en m’ayant accordé leur confiance.

 

La qualif Hand’icare

Fin septembre, c’était la rentrée au centre de formation pour quelques cours techniques et pédagogiques, ainsi que pour passer notre qualification Hand’icare : décoller en biplace avec une personne en situation de handicap. Pour cela nous utilisons, pour le passager, un (volumineux) fauteuil à roues spécifiquement conçu pour la pratique du parapente. Cela nécessite de demander de l’assistance pour le décollage (pas nécessairement des moniteurs, l’important étant que le pilote donne les bonnes consignes). C’est un vrai bonheur que de pouvoir emmener des personnes à mobilité réduite dans les airs : des moments de partage riches en émotions.

Sous conditions de disposer de l’équipement nécessaire (le fameux fauteuil), j’ai donc désormais la possibilité de réaliser ce type de vols.

 

SIV, bis

Comme en mai, nous avons de nouveau réaliser un SIV (simulation d’incident de vol), au-dessus du lac d’Annecy. Cette fois, ce n’était pas avec nos ailes de haute performance mais de simples voiles écoles, celles-là même que nous utilisons en cours pour les élèves. Une expérience riche d’enseignement, qui permet de mieux connaître les réactions de ce type de voile (et pour être honnête, il faut vraiment le vouloir pour réussir à les faire sortir du domaine de vol – quelque chose de très rassurant pour nous, futurs moniteurs). Résultat : même en tentant des manœuvres très osées (le fameux « twister » par exemple), personne n’a réussi à terminer dans l’eau !

Par contre, si certains collègues ont aussi testé de « faire secours » en biplace (avec amerrissage dans le lac), après avoir réalisé quelques figures de voltige, je me suis contenté de tirer profit de leur expérience en les regardant faire depuis la plage 😉

 

Euh… Pourquoi le ciel est en bas ?

 

Examen (UC4)

Nous voilà rendus fin octobre, et c’est l’heure tant redoutée des examens. Au programme : pliage secours, réglementation aérienne et analyse d’un plan de vol, connaissance et révision du matériel. Si vous vous demandez : c’est validé. Yeehaa !

La saison s’arrête donc là pour cette première année. Reprise de la formation fin avril 2019.

Seul bémol, je n’ai pas encore trouvé l’école qui m’accueillera de début juin à fin octobre. Donc si jamais vous entendez parler d’une école qui recherche un moniteur durant ces périodes, n’hésitez pas à me faire signe 😉

En attendant, j’ai réussi à trouver une école (et un tuteur) pour me permettre de réaliser quelques biplaces en station, à Vallouise et à Vars (Alpes du Sud), durant les vacances de Noël et de février. Si vous passez par là-bas (ou vers Briançon) durant ces périodes, n’hésitez pas à me faire parvenir un petit message !

 

Planning pour les récompenses : c’est parti !

Si ce n’est déjà fait, vous devriez tout prochainement recevoir un petit email de ma part avec un accès à un outil pour que ceux à qui j’ai promis une récompense de type vol tandem puisse réserver un créneau. Je prévoie en effet de réaliser un maximum de vols entre mi-mars et fin avril, la plus belle période pour le parapente. J’en profiterais aussi pour vous donner votre t-shirt aideunoiseau 😉

Pour accéder à l’outil et réserver votre vol, c’est ici : https://calendly.com/aideunoiseau

Pour le vol, pensez à vous équiper de chaussures et tenue de sport avec manches longues et pantalon ainsi que de lunettes de soleil. Pour les grands vols, tenue de sport d’hiver recommandée.
Je vous contacterai la veille pour confirmer le vol (dépendant des prévisions météo) et préciser le lieu de rdv.
Pour la récompense Gypaète (Folie des Alpes – 4 biplaces) ou pour toute question, merci de me contacter par email à : seb@aideunoiseau.com

 

Il ne me reste qu’à vous souhaiter de passer de très bonnes fêtes de fin d’année.

Merci, Joyeux Noël et Bonne Année à vous tous !

A bientôt !

Seb

2 Commentaires

  1. Benna pauline

    Que des bonnes nouvelles, vivement que ce diplôme soit entre tes mains, pour de nouvelles aventures !

    Réponse
  2. Adrien Chavant

    Bonnes fêtes à toi Seb 😉

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Derniers commentaires

A propos de moi

A propos de moi

Je suis Sébastien (Seb, c’est bien), créateur de ce site, en préparation de la formation DEJEPS vol libre.
Parapentiste chevronné, geek à ses heures perdus, philosophe. Grand amateur de discussions autour de bonnes bières ou de bons vins !

Contact

Share This